Veuf

Jean-Louis Fournier vient de perdre sa femme Sylvie. Bien évidemment, il aurait préféré partir le premier. Mais il est trop tard… sa femme a pris les devants.

Il est triste que sa femme soit décédée, mais il n’est pas éploré pour autant. Néanmoins, on sent bien que sa femme lui manque. Parfois il en oublie même qu’elle a disparu.

Dans ce livre, Jean-Louis Fournier rend un bel hommage à celle qui partageait sa vie.Il sait qu’elle n’aurait pas apprécié qu’il écrive sur elle de son vivant et avoue avoir profité de son départ pour le faire.

Il la décrit comme une femme altruiste et se plait à dire qu’elle l’a rendu meilleur. Il n’est pas sûr de lui avoir dit tout le bien qu’il pensait d’elle de son vivant. Il lui était plus facile de se plaindre que de voir qu’elle le rendait heureux.

Je pensais en commençant ce récit que j’allais devoir sortir les mouchoirs, il n’en a rien été. Et je dois même avouer que j’ai été  séduite par le subtil mélange d’amour et d’humour qui se dégageait de ce livre.

Veuf de Jean-Louis Fournier aux éditions Stock (2011)

Publicités
Cet article, publié dans texte autobiographique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s